COMMUNIQUE DE PRESSE

Opposition du WWF et de la FP à la nouvelle télécabine d’Evolène

Sion et Berne, le 11 janvier 2019

 

La commune d’Evolène a mis à l’enquête une nouvelle télécabine entre Lana et la Meina. Le WWF et la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage (FP) ont déposé une opposition contre ce projet. Pour les organisations environnementales, la commune d’Evolène a les cartes en main pour changer de modèle et viser un tourisme proche de la nature qui valorise son riche patrimoine culturel, naturel et paysager. Elles estiment que TéléEvolène SA doit renoncer au domaine skiable de Lana pour des motifs tant financiers que de politique touristique.  Arolla pourrait devenir la station principale pour le ski dans la région. Les conséquences du réchauffement climatique sur la durée de l’enneigement en montagne et l’augmentation des charges pour les sociétés de remontées mécaniques, ainsi qu’une clientèle moins nombreuse à pratiquer le ski sont des réalités qui invitent à renoncer aux vieilles recettes.

 

Le projet de nouvelle télécabine, qui doit remplacer l’actuel télésiège vétuste, a l’ambition de favoriser le développement d’un tourisme quatre saisons en misant tout à la fois sur les activités hivernales et estivales. Pour le WWF et la FP, il est bienvenu de viser un tourisme qui se déroule tout au long de l’année, mais le concept de tourisme quatre saisons doit être précisé : quels développements sont envisagés, à quel endroit, et quels en seront les impacts ? Le projet mis à l’enquête ne s’inscrit dans aucune planification des orientations concrètes du tourisme de demain qui permettrait d’en évaluer les conséquences sur le paysage et la nature.

 

Au niveau patrimonial, toute la région de Lana et Flanmayens présente une très haute qualité paysagère, avec des mayens au cœur d’un paysage en terrasses très bien conservé abritant une faune et une flore riches, typiques des milieux agricoles traditionnels. Tout développement dans ce secteur, inscrit à l’Inventaire fédéral des sites construits d’importance nationale, doit éviter des atteintes qui iraient à l’encontre d’un tourisme respectueux du paysage et de la nature. L’aménagement de pistes de descente VTT ou trottinettes peut par exemple se révéler problématique. Le développement non planifié des itinéraires de ski de randonnée ou de raquettes génère du dérangement pour la faune. Le tourisme quatre saisons doit tourner le dos à un développement intensif de la montagne, et surtout éviter de créer de nouvelles atteintes (cicatrices dans le paysage, défrichements, destruction de biotopes, dérangement de la faune, perte de tranquillité pour promeneurs et alpinistes, etc.). Le ski ne doit pas être remplacé par de nouvelles activités de loisirs générant à leur tour des impacts lourds sur l’environnement.

 

La rentabilité du domaine skiable de Lana ne sera pas sauvée par la nouvelle télécabine. La logique voudrait que la société Télé-Evolène SA se concentre désormais sur le domaine skiable le plus élevé, celui d’Arolla, et renonce aux deux autres qui sont des gouffres financiers et n’offrent pas les conditions minimales (parking, enneigement, etc.).

 

Pour info : WWF Valais,  Marie Thérèse Sangra, chargée d’affaires, 079 378 48 22

Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage, Nicolas Petitat, 076 595 49 43 

Festival de la Salamandre

Le WWF Valais y était ! 

pour tout renseignement découvrez  ici le programme complet ou en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://www.festival-salamandre.net    

Festival des 5 Continents, les 25 ans :
Le WWF y était !

Les 22 et 23 juin 2018, le WWF Valais Romand participait aux 25 ans du Festival des 5 Continents à Martigny. Retour sur 2 journées conviviales.

 

Le Festival des 5 Continents, manifestation annuelle se déroulant autour de la Saint-Jean, permet de mettre en valeur les artisans du monde entier, leurs spécialités culinaires, leurs us et coutumes et leurs musiques. C’est aussi l’occasion pour les associations locales de présenter leurs objectifs.  

 

Le WWF y était ! Le stand a été installé entre 2 arbres pour arrimer sa tente (le vent du coude du Rhône oblige !) et furent montés tables et bancs, installés banderoles et documents et déposés 3 grands  bacs pour son activité sur le sol.

 

Objectif : montrer aux enfants (et aussi aux adultes) comment un sol se génère et quelques-unes de ses phases de constitution.

 

Le premier bac contenait un sol primaire. Minéral et peu favorable à la vie avec une végétation peu gourmande en nutriments, il sentait... la pierre ou presque rien, en fait.

Le deuxième bac contenait de la terre de jardin. Déjà plus foncée et avec quelques racines, il sentait... le foin !

Le troisième bac contenait le sol de forêt. A savoir, une terre essentiellement humique, presque noire, avec beaucoup de végétaux et même quelques petits organismes vivants visibles. Un parfum typique de ce que nous humons dans nos forêts !

 

Un jeu accompagnait l’activité.

Des petits animaux en pâte Fimo typiques des différents sols étaient cachés dans les bacs. Il fallait les retrouver puis les déterminer à l’aide des fiches épinglées sur le tableau en face (photos, noms, habitudes alimentaires, autres caractéristiques...).

Tous les enfants qui ont visité le stand du WWF, ont trouvé :

- le lézard des murailles,

- le lithobie à pince et

- la larve du fourmillon du sol primaire,

- le ver de terre,

- la larve du hanneton et

- le gendarme pour le sol de jardin,

- le mulot,

- le blaireau et

- le cloporte pour le sol de forêt.

Bon nombre d’entre eux reconnaissaient même les animaux sans avoir à chercher leur nom sur les fiches ! Bravos les enfants !

 

En attendant que les enfants expérimentent le sol et recherchent les figurines animalières, les adultes ont pu se renseigner sur différentes initiatives actuellement en cours dont notamment :

- « Oui à l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine - oui aux approches de recherche qui favorisent la sécurité et le progrès »

http://tierversuchsverbot.ch/wp-content/uploads/tierversuchsverbot-usb-fr04.pdf

- « Non à l’élevage intensif en Suisse »

https://sentience-politics.org/files/Initiativbogen_MTI_fr.pdf

- « Fermer les centrales atomiques, assumer nos responsabilités envers l’environnement »https://www.atomkraftwerke-abschalten.ch/app/download/11979834726/Liste%20Signatures%20fr.pdf?t=1494 -,

et une pétition pour des trappes à poissons autour des barrages afin de favoriser leur redescente sans risque de se faire déchiqueter par les pales des turbines (https://wanderfische.ch/fr ).

 

C’était le moment de présenter nos différents succès lors des projets menés par la section. Le projet de revitalisation de l’ancienne gravière des Epines à Aproz est maintenant abouti. La collaboration entre l’Etat du Valais et le WWF a porté ses fruits et le martin-pêcheur, l’écrevisse rouge, le petit gravelot, etc. peuvent nicher et se nourrir en toute quiétude. La réalisation des gouilles à crapauds sonneurs à Vernayaz, finalisée au printemps 2017, a permis la colonisation immédiate de ces petits crapauds à ventre jaune. Leur population a quasiment doublé en 2018.

 

Les échanges ont aussi porté sur les haies de biodiversité (http://www.fully.ch/uploads/default/id-9898-Fully-Haies-Indigenes-04112015-web.pdf et http://www.triageforestiercdf.ch ), la politique environnementale actuelle dont la dangereuse remise en question des droits de recours des associations de protection de la nature (https://www.wwf.ch/fr/medias/les-associations-de-defense-de-lenvironnement-et-de-protection-des-animaux-disent-non-a-une-loi-0 ), l’état de la faune et de la flore actuelle, les pandatlons réalisables auprès des écoles (https://www.wwf.ch/fr/agir/pandathlons) ou encore santé naturelle en général...

 

Ces deux journées furent encore :

- la dégustation des bières des Faucheurs Volontaires d’OGM qui s’est tenue le vendredi soir.

- le concours de dessins réalisé avec des couleurs issues d’échantillons de différentes terres, couronné de succès (les résultats ici).

- les moultes félicitations pour les messages pédologiques gravés sur les écorces.

- et  la reconnaissance de nos visiteurs par rapport à l’engagement du WWF en faveur de la protection de la nature.

 

Petits clins d’œil  fort appréciés de notre public :

- un blaireau et un écureuil, victime d’un  accident de la route, ont été présentés sous forme naturalisée grâce au talent d’un taxidermiste.

- pour attirer l’attention sur les chiens protecteurs de troupeaux, Asha, le gentil golden retriever présent ce jour-là, a fait la joie des amis de la nature et des animaux.

 

Telles furent les créations, les rencontres et les échanges obtenues lors de ces deux journées resplendissantes. Le soleil était aussi dans nos cœurs par l’accueil chaleureux des organisateurs pour notre stand et par le plaisir de voir tous les visiteurs pendant ce Festival des 5 Continents, les 22 et 23 juin dernier à Martigny.

 

Prochain rendez-vous : le Festival de la Salamandre du 26 au 28 octobre 2018 à Morges. 

.hausformat | Webdesign, TYPO3, 3D Animation, Video, Game, Print